19 octobre 2020

[Interview] d’Emmanuel Dreyer, auteur de du livre « Droit pénal spécial »

1/ Quelles sont les différences entre le droit pénal général et le droit pénal spécial ?

Le Droit pénal spécial est la discipline universitaire qui prend la suite du Droit pénal général. C’est l’occasion de vérifier comment les principes généraux gouvernant la responsabilité pénale sont appliqués par le législateur et reçus par les juges. L’étudiant rentre ainsi dans le « vif » du sujet. Il est enfin confronté aux principales infractions qu’il étudie en détail : meurtre, violences volontaires et involontaires, agressions sexuelles, vol, abus de confiance, escroquerie, mais aussi dénonciation calomnieuse, interception de correspondances, outrages, corruptions actives et passives, etc. La frustration que l’étudiant a pu ressentir en Droit pénal général, où étaient évoquées les infractions en général et non chaque infraction en particulier, cesse en contrepartie d’une réflexion plus technique sur les comportements incriminés, les peines encourues et les particularités de chaque poursuite.

2/ Sous quels angles abordez-vous les crimes et délits dans votre ouvrage ?

L’ouvrage se veut réaliste. En cela, il rompt avec la présentation traditionnelle du Droit pénal spécial (inspirée par la structure du Code pénal lui-même, abusivement perçue comme un instrument de communication politique) qui prend en compte les intérêts défendus, sans jamais s’interroger sur la pertinence de ceux-ci. Or, le Droit pénal spécial français est pragmatique et non dogmatique : il ne protège pas des valeurs mais sanctionne des comportements troublant l’ordre public. La démarche renouvelée qui est donc utilisée ici prépare l’étudiant à la pratique en concentrant son attention sur l’action ou l’abstention incriminée : au titre de l’extorsion ou du chantage, par exemple, c’est une appropriation frauduleuse qui est envisagée et non une atteinte à la propriété. Celle-ci, identifiée comme le résultat redouté de l’infraction, constitue, au mieux, un fait que le juge pénal doit relever sans mettre en œuvre aucune réflexion métaphysique. En cela, l’ouvrage restitue sans doute beaucoup mieux que d’autres la pratique des juridictions répressives.

3/ A qui se destine votre ouvrage ?

Il s’agit d’abord et avant tout d’un ouvrage d’initiation à une discipline complexe. Comme tel, ce manuel est donc principalement destiné aux étudiants de master 1 qui suivent la matière de Droit pénal spécial et veulent compléter leur cours ou qui, se préparant à un examen (CRPFA) ou un concours (magistrature, police), souhaitent actualiser leurs connaissances en la matière. Mais l’ouvrage offre également une présentation détaillée des principales infractions figurant dans le Code pénal qui pourra intéresser les professionnels du droit pénal confrontés à une difficulté d’interprétation des principaux textes pouvant servir de base à une poursuite. En effet, il est alimenté par une jurisprudence riche et actualisée, tenant compte des évolutions constitutionnelles et européennes affectant la matière.

Droit pénal spécial 
Emmanuel Dreyer